La Villa Sayer, l’envolée lyrique de Marcel Breuer

Crédit photo : Michel Ogier

Crédit photos : Michel Ogier

Située près de Deauville, ce projet de résidence secondaire fut réalisé par le célèbre architecte du Bauhaus en 1972. Deux maisons lovées dans la pente, viennent chercher le ciel avec une toiture sculpturale de béton blanc. 

Babette Sayer se souvient comme si c’était hier, du jour où elle a demandé à Marcel Breuer de construire sa maison en Normandie. Lové dans la pente, cet ensemble architectural bi-nucléaire, car composé de deux maisons indépendantes, se distingue par une toiture extraordinaire : un immense voile de béton reposant sur trois piliers seulement, ce qui lui confère cette forme singulière et élancée, quasi animale.

« Les coordonnées de son agence parisienne, rue Chapon, étaient  dans l’annuaire. On a téléphoné tout simplement ! Marcel Breuer vivait aux Etats-Unis, son assistant Mario Jossa, nous a mis en rapport et nous nous sommes rencontrés pour discuter du projet. » Au début des années 70, l’architecte et designer, figure emblématique du Bauhaus (école d’art et d’architecture fondée par Walter Gropius à Weimar en Allemagne, 1919-1933) vient de livrer la station de ski de Flaine (Haute-Savoie). Internationalement connu, il a aussi signé le siège de l’Unesco à Paris ou encore le Whitney muséum de New-York. Sa chaise Wassily figure déjà parmi les icônes du design …

Les Sayer, amateurs du courant moderniste, connaissent Flaine. Au palais de Chaillot à Paris, ils ont souvent contemplé les maquettes des maisons modernes. La géométrie des lignes pures, les formes blanches et lisses du béton, la fonctionnalité, le minimalisme poétique… Tout leur plaît. « Marcel Breuer avait déjà travaillé un projet similaire, non réalisé à deux reprises, relate Babette Sayer. Il l’a fait pour nous. Le principe de deux maisons séparées (l’une principale, l’autre pour les enfants déjà grands) nous convenait avec cette possibilité d’évolution des usages dans le temps. À l’époque, la villa était notre résidence secondaire. »

zf3a1547 zf3a1433 zf3a1278

Poésie de béton

Sur un domaine de 17 hectares, la déclivité du vaste terrain a permis d’installer le bâtiment principal sur deux niveaux dans la pente. Les chambres sont logées en rez-de-jardin dans la partie semi-enterrée de la maison et donne directement sur des buttes engazonnées.

L’entrée de plain-pied distribue le vaste espace de vie entièrement ouvert et vitrée à l’exception des pièces techniques (cuisine, office, sanitaire). Le mur épais perpendiculaire au bâtiment qui fait le lien avec la maison des enfants, se prolonge dans l’entrée et adosse l’escalier qui dessert les chambres. Autres traits d’union entre les deux maisons : un bassin de nage et un jardin patio. Le plan reste libre et fonctionnel, avec des cloisons modulables qui partitionnent l’espace de vie à volonté. Le mobilier est signé des grands noms du design de l’époque : Florence Knoll, Willy Rizzo et Breuer bien sûr.

« Marcel Breuer a tout dessiné, des poignets de portes jusqu’aux terrasses et à la piscine. Le défi tout à fois technique et esthétique, résidait dans la conception et la réalisation de ce voile de béton, décrit Babette Sayer. Nous étions déjà installés dans la petite maison lorsque l’entreprise Marion de Rouen est venue couler le béton à l’été 74. La toiture, qui ne repose pas sur les murs mais sur trois poteaux seulement – deux de chaque côté de la façade arrière, et un troisième au milieu de la façade principale -, libère entièrement l’espace du salon de ses murs. Sous les pans du toit, les parois sont entièrement vitrées.” Issue des recherches de Marcel Breuer, cette forme géométrique complexe avec ses pliures en vallées, génère des porte-à-faux spectaculaires de chaque côté de la façade principale.

L’usage du béton, matériau imposant et dense rajoute au côté impressionnant, par contraste avec la légèreté recherchée de la forme. Comme Le Corbusier ou Oscar Niemeyer, Marcel Breuer ne se limite pas à la prouesse technique de l’objet architectural. Il parvient à saisir l’expression poétique du béton. Les habitants de la villa Sayer la vivent au quotidien : « Les variations de hauteurs, d’inclinaison, d’angles se traduisent par des qualités de lumière et de vues sur ce paysage dont on ne se lasse jamais. »

Situation : Glanville (Calvados)

Surface : 600 m2

Architecte : Marcel Breuer, assistant Mario Jossa.

A noter : la villa Sayer se visite lors des journées du patrimoine.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s